FOCUS New York Police Department

Un fait important de l'actualité du NYPD qui mérite d'être souligné

Les BODY CAMERA pour le NYPD



La Mairie de New York/le New York Police Department a décidé de doter la quasi majorité des policiers de la plus grande force de police américaine, de caméras piéton.


Avec aujourd'hui du bons résultats sur leur utilisation.

Et en FRANCE?


En France, le Ministère de l'Interieur développe également ce type de caméras pour assurer une sécurité aux policiers et répondre aux attaques pouvant découler d'une intervention houleuse dont la police doit faire face tous les jours.


Comme expliqué en introduction, il est étonnant de constater que les smartphone ne montrent que les policiers faisant usage de la force mais ne montrent jamais ces derniers attaqués par les même voyous filmés interpellés.

Le systeme était toujours dans le même sens.


Aujourd'hui, même si certains restent encore sceptiques quant à l'utilisation de ce genre d'appareil, les forces de l'ordre pourront donc répondre à leurs détracteurs.

Pour beaucoup de personnes, d'association en tous genres, l'idée de doter les policiers de caméras vidéos, permettra d'éviter uniquement ce qu'ils appellent "des bavures", ces caméras devant éviter aux forces de l'ordre de mal agir!!

C'est ainsi que sont présentées ces caméras dans la quasi majorité des articles que nous pouvons lire du moins en France.


Mais pour les forces de l'ordre, cet appareil va s'averer un beau moyen legal de preuve de leur professionalisme et de leurs actions d'opposition auxquelles ils font face tous les jours, sans jamais avoir les moyens de le prouver car, bien sur, l'apparition de vidéos prises par les smartphone, ne montrent jamais les attaques contre les forces de l'ordre, mais uniquement leur réponse face à cette attaque, les mettant ainsi comme les mauvais acteurs.


Et bien l'utilisation de ces caméras va pouvoir être un excellent moyen pour les forces de l'ordre de pouvoir prouver leur professionalisme et les actes perpetrés contre eux.

En France, le deploiement de ces caméras est en cours au sein des services de police, et le New York Police Department, suite à une décision judiciaire de stoppper les controles préventifs, les fameux "STOP AND FRISK", a décidé d'utiliser ce genre de caméras pour ses effectifs.

Des milliers de caméras vont etre distribuées aux policiers volontaires avant de généraliser ce programme.


Le Maire de New York souhaite que la majorité des 23.000 policiers en patrouille puisse être dotés de ce genre de materiel pour fin 2019.


La méthode d'emploi de ces caméras (pour le NYPD).

Les policiers allumeront les caméras lors d'arrestations, verbalisations, controles routiers de véhicules, intervention avec des personnes atteintes mentallement et faisant usage de violence ou lorsque les policiers doivent faire usage de la force.

Les caméras ne doivent pas être utilisées lors de manifestations, sauf si elles deviennent violentes.


Les vidéos seront gardées 1 an.

En Avril 2017, les syndicats de policiers du NYPD avaient annoncé qu'ils étaient contre ce programme.

1er fait concret du l'utilisation des BODY CAMERA pour le NYPD.


L'utilisation des BODY CAMERA a pu, il y a quelques jours, permettre l'arrestation et la condamnation d'un individu à New York, la vidéo, comme moyen de preuve était un moyen ajourd'hui accepté comme les traces ADN.


C'est le New York Post qui annonce cette condamnation dans un article du 16 Juin 2017.


C'est un jurry du Queens qui le dit: la caméra ne ment jamais.


Trois voleurs armés, dont un qui prétendait être policier, ont été reconnus coupables de cambriolage, aprés avoir visionné les vidéos des body caméras de policiers du NYPD.


La vidéo a filmé les arrestations de deux suspects alors qu'ils se tenaient, mains levées sur le toit d'une maison, aprés l'arrvée des policiers sur les lieux de l'intervention le 4 juin 2015.

La vidéo de 28 minutes a également enregistré la découverte des des armes à feu sur les lieux mais surtout filmé les trois suspects, Aasim McPhee, 25 ans, John Hymes, 49 ans, et Robb Bull, 27 ans, alors qu'ils essayaient de fuir la police sur les lieux de l'intervention.


McPhee, armé d'une arme de poing, a menacé de tuer une fille terrifiée de neuf ans pendant la mauvaise hâte. "Si vous n'arrêtez pas de pleurer, je vais vous tirer", a-t-il annoncé.


Le procureur du district de Queens, Richard A. Brown, a déclaré que l'affaire a marqué la première utilisation de la preuve vidéo des body camera.




Le jury a délibéré pendant six heures avant de rendre son verdict mercredi.


Les faits se sont déroulés aux environs de 00h30 et alors qu'un des résidents d'un appartement faisait le 911 pour appeller la police suite a des personnes quifrappaient à sa porte.

Mais avant que l'homme ne puisse donner son adresse, Hymes est entré dans son appartement au rez-de-chaussée et lui a pointé un fusil sur la tête.


Bull, en criant qu'il était un policier, a monté les escaliers jusqu'au deuxième étage et a mis son fusil à la tête d'une jeune fille de 17 ans.

L'adolescent a couru dans la chambre de sa mère avec Bull qui la poursuivait et a ordonné aux deux femmes de se coucher sur le sol tout en leur demandant leur argent.


Les voyous ont alors mis à sac la maison juste au moment où les policiers sont arrivés sur les lieux et ont trouvé Bull et McPhee sur le toit.


L'officier a vu McPhee lancer quelque chose dans la cour à côté, et un revolver en argent a été récupéré par la suite.

Une deuxième arme de poing a été trouvée au premier étage, ainsi qu'une paire de gants en latex contenant l'ADN de Hymes.

Les policiers ont également récupéré un masque avec des preuves d'ADN.


Tous les accusés peuvent être condamnés à 25 ans de prison après leur condamnation pour vol qualifié, tentative de vol, possession d'armes. La condamnation est prévue pour mercredi.


A suivre.